FISE World Montpellier 2016 : Les temps forts de cette 20ème édition

Lundi, mai 9, 2016 - 21:22
Précédent

Un carton plein. Voilà comment l'on pourrait définir cette 20ème édition du FISE World Montpellier, qui, en cette soirée du dimanche 8 mai, vient de s'achever.

Un lancement sur les chapeaux de roues

Tout a commencé mercredi, sous un soleil de plomb, chauffant de quelques degrés supplémentaires les esprits des riders déjà bien remontés. C'est sur le parcours de Mountain Bike que les festivités ont sérieusement démarré. Le français, Nicolas Terrier s'y est illustré, prenant la main sur quelques têtes de séries. Skateboard et roller ont ensuite suivi, jusqu'à la nuit tombée où les riders wakeboard ont pris le relai lors d'un show exceptionnel, aux pieds de l'hôtel de région. Comment mieux démarrer les choses ? Difficile à imaginer.

 

 

Des qualifications survoltées

Puis tout a commencé à se corser, avec les demi-finales et des noms comme Vincent Milou, Adrien Bulard, Thomas Genon, Roman Abrate...  Qui se sont sérieusement mis à résonner dans nos oreilles. Sont ensuite entré en lice les héros de l'arène, si on vous dit Logan Martin, Mark Webb, Pat Casey... Vous savez de quoi on parle, n'est-ce pas ? En plus cette année le FISE avait mis les petits plats dans les grands, en faisant de l'épreuve de BMX Park une étape de la coupe du Monde, "UCI BMX Freestyle Park", de son petit nom officiel. La journée s'est terminée avec un "braquage" de podium en skateboard par les français. Vincent Milou, Aurélien Giraud et Adrien Bulard en sont les auteurs, sans vouloir les dénoncer.

Grosse performance confirmée, du côté du Moutain Bike, avec un Thomas Genon impérial, qui a détrôné ses ainés et s'empare de la victoire de cette étape Gold du FMB World Series. Puis, à la nuit tombée, un des spectacles les plus attendus du FISE s'est dessiné. SFR Sport BMX Spine ramp, c'est le titre donné à cette compétition qui a le don de faire vibrer le public. Après une première tentative avortée la veille, pour cause d'intempéries, l'équipe du FISE s'est démenée et a inventé un système ultra astucieux pour parer aux caprices de la saison. Une fois la rampe chauffée et séchée les riders ont pu exprimer tout leur potentiel, à l'image de Logan martin, l'australien abonné aux victoires sur le FISE. 

 

 

Le temps des finales

La série des grandes finales s'est ensuite enchaînée, sacrant quelques émerites champions, notamment en roller, où Julien Cudot a remporté aisément la bataille avec deux premiers runs simplement impeccables, ou encore Jordan Clark qui a brillé en trottinette. Moment émotion également, du côté du BMX Flat, où Matthias Dandois se voit souhaiter le plus beau des anniversaires par une foule inspirée. Ces encouragements ont probablement contribué à sublimer son ride et le faire s'envoler vers la victoire. Les filles non plus n'ont pas démérité, elles sont de plus en plus nombreuses et engagées chaque année, apportant à l'évènement toute la grâce dont on ne pourrait se passer.

Même lorsque le soleil ne brille plus, même lorsque la pluie commence à tomber, l'ambiance ne retombe jamais. C'est ce qu'on retiendra de cette dernière grande journée de finale, où le temps maussade n'aura pas empêché la foule de venir acclamer la finale wakeboard. Ako Guenther, pour sa première participation au FISE, aura largement crée la surprise, grâce à des runs solides et stylés, effectués avec une grande facilité. Quelques minutes plus tard, malgré toute la meilleure volonté du monde, la finale UCI BMX Freestyle Park se voit annulée, la météo étant une donnée qu'on ne peut malheureusement pas encore maîtriser. 

 

 

Un carton plein

1, 2, 3, 4, 5, 6... 600 000. Voilà combien nous étions, au bas mots cette année, à arpenter les 1,2 kilomètres de festivités. De la grosse roue à la petite roulette en passant par les glissades tractées, chaque discipline aura brillé à son plus haut niveau grâce à la présence des meilleurs riders du monde, mais aussi grâce à vous, car cette belle histoire est avant-tout une affaire de passionnés. 

Rendez-vous en 2017, pour les 20 ans du FISE !